CORDEM – Corridor Dématérialisé pour le Commerce International

La Chine est entrée dans l’organisation mondiale du commerce et les fabricants chinois font évoluer leurs services pour rester compétitifs sur l’échiquier mondial. La France est au 5ième  rang des échanges en provenance de la Chine. C’est un des hubs de l’Europe à partir duquel toute marchandise peut librement circuler.

CORDEM offre l’opportunité à des entreprises françaises d’acheter des produits manufacturés en Chine et de tracer en temps réel les informations de suivi, tout en assurant une totale visibilité de la gestion des flux de marchandises et de l’empreinte carbone.

L’objectif CORDEM est de dématérialiser et ainsi de fluidifier les opérations de pré et post-acheminements portuaires en assurant une visibilité totale grâce à des mécanismes de transactions électroniques sécurisées.

 La mise en place du corridor dématérialisé entre la France et la Chine se base sur la confiance entre les opérateurs privés et publics impliqués dans une chaîne d’approvisionnement, de l’ordre d’achat et du certificat d’origine jusqu’à la facture finale, en passant par les opérations de chargement, transport, déchargement, dédouanement, livraison.

C’est pourquoi, il a été nécessaire d’identifier et de définir le rôle des acteurs concernés dans la mise en place de la plate forme électronique qui va les relier.

Le principe retenu consiste dans l’utilisation de la plate forme eCONNECT de la société ITIS basée à HONG-KONG, reliée à la société SZEDI, gestionnaire du système d’information portuaire et de aéroportuaire de SHENZHEN ainsi que la société SINOTRANS, premier affréteur et commissionnaire de transport chinois de la province de GUANGDONG, ainsi que France eCommerce International pour la FRANCE. eConnect

Des services de stockage et d’archivage des données seront assurées par l’opérateur de télécommunications hongkongaise PCCW et la société française DSBROWSER.

Conscients de l’importance des échanges entre la Chine et la France, les opérateurs  de la chaîne d’approvisionnement ont la possibilité de maîtriser toutes les données relatives aux documents et aux procédures liés au processus global : Achat – Transport – Paiement en y incluant les opérations douanières, sans traitement «papier».

Il est prévu d’intégrer une estimation (en tonne CO2) des émissions de carbone engendrées par les différentes opérations de transport afin de pouvoir répondre aux exigences formulées par les distributeurs et les consommateurs européens et, notamment, satisfaire aux dispositions réglementaires prévues dans le Grenelle de l’environnement (loi 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, particulièrement le paragraphe II de son article 228).

CORDEM Déploiement – Introduction

CORDEM DEPLOIEMENT se base sur les résultats de la première étude dans la mise en place d’un réseau « France-Chine» pour le Commerce « sans papier ». Des accords ont été signés avec ITIS Hong-Kong (plateforme eConnect), SZEDI Shenzen, SINOTRANS et France eCI et DSBROWSER (archivage légale).

Le suivi des opérations en ligne tout au long de la chaîne logistique avec des informations et des données en temps réel donne une visibilité totale, grâce à des mécanismes de transactions électroniques sécurisées, et contribue au développement de relations durables avec les partenaires de la chaîne “fournisseurs”, aussi bien dans les relations Chine-France que France-Chine.

Les documents sont de types : réglementaire, notamment pour la déclaration administrative unique des marchandises ; officiel, au titre d’une validation par une autorité publique responsable ; commercial  : par exemple, facture, liste de colisage, connaissement maritime, déclaration d’origine des marchandises.

Le déploiement de CORDEM par un ou plusieurs projets pilotes import et export entre des entreprises de la Chine et des entreprises en France ou transitaires mandatés en matière de commerce « sans papier » par l’utilisation de la plate forme eConnect intégrant le calcul de la consommation carbone du départ usine à l’arrivée chez le client qui a émis l’ordre d’achat dans la plateforme eConnect.

Dans le cadre de la promotion du commerce « sans papier » auprès des acteurs du commerce en France, en Chine province du GUANDONG, et dans d’autres pays voici les actions qui ont été réalisées :

Présentation de CORDEM au 8ème Séminaire franco japonais – TOKYO – 28 au 30 /11/2011

Le séminaire a été organisé par le MLIT (Direction des Routes et Direction de l’Ingénierie). Initialement programmé en mars, il avait été reporté du fait du tremblement de terre. La délégation japonaise a remercié la partie française de la sympathie que les autorités françaises ont témoigné pour leur pays dans cette circonstance dramatique, exprimée notamment par le déplacement de la Ministre après la catastrophe.

On notera également que pour la première fois, ce séminaire a permis de rencontrer des responsables de la politique d’ingénierie du MLIT, en particulier MM Naoyoshi SATO, Vice Ministre du MLIT pour les affaires d’ingénierie, et Katsuji HASHIBA, Directeur-général adjoint, Affaires d’Ingénierie, MLIT.

  1. Naoyoshi SATO, Vice Ministre du MLIT pour les affaires d’ingénierie, a aussi porté à l’attention de la délégation française son intérêt sur les  facilitations de gestion et de suivi des marchandises entrantes et sortantes du Japon, dans le cadre des échanges du commerce international, par l’utilisation des techniques de dématérialisation. La mise en place d’un corridor Japon-France pourrait en être une illustration.

La délégation française est intervenue sur les thèmes suivants :

(1) Les décisions prises en France dans le cadre du Grenelle sur l’environnement qui sont fondées sur l’utilisation de systèmes STI (taxe poids lourds, mise en réseau des systèmes d’information multimodale et de billettique…) (JF JANIN)

(2) Le réseau d’excellence NEARCTIS et le programme international (Europe-USA-Japon)  ECOSTAND portant sur l’évaluation des effets des systèmes intelligents en matière d’émissions de  CO2, au niveau théorique, avec des simulateurs et des études en conduite réelle (Nour-Eddin el FAOUZI)

(3) Jean-Marc Dufour (France e-Commerce International – ASEAL) a participé au séminaire, ce qui qui a permis d’aborder les usages des ITS pour les transport de marchandises d’une façon plus concrète que dans les précédents séminaires. Il a précisé les objectifs et les conditions de déploiement des procédures dématérialisées pour les liaisons entre l’Asie et l’Europe (Protocole ASEAL du 4/9/2004).

Présentation de CORDEM au siège de NYKLINE – TOKYO – 01/12/2011

Dans le cadre de la mission du Corridor Dématérialisé, CORDEM,  entre la France et le Japon, une visite a été organisée au siège de la société NYK line à TOKYO.  NYK line est le troisième affréteur maritime mondial et le 1ier pour le marché automobile (véhicule et pièces détachées).  Eric Louette et  Jean-Marc Dufour ont rencontré MM. Susumu Koike, Directeur général adjoint service R&D développement d’affaires, Yasuo Tanaka, responsable au département Technique,  Naotaka Ishizawa, Assistant du Directeur Général  et  Tsuyoshi Kurosaka, chercheur principal.

Une démonstration de la plate forme eConnect a été réalisée avec les représentants de l’équipe à Hong-Kong (en skype). Celle-ci a permis de mettre en valeur le potentiel de gestion et d’optimisation de la chaîne logistique fournisseur du départ usine jusqu’à l’arrivée des marchandises chez le client final avec un suivi de bout en bout incorporant le calcul de la consommation de carbone.

Il a été évoquée la possibilité de réaliser un corridor entre le Japon et la France avec notamment des constructeurs automobiles français. M. Naotake Ishizawaa fera le point de tous les systèmes d’information développés avec les clients afin d’examiner la possibilité d’intégrer CORDEM dans ceux-ci.

Présentation de CORDEM au siège des Nations Unis – GENEVE – 13 et 14 /12/2012

Durant les deux jours, la conférence UNECE s’est  notamment donné pour roadmap d’identifier les initiatives de différentes single windows dans le commerce, système de gestion de port maritime dans le but de faire des ponts avec la chaine fournisseur et d’explorer la possibilité d’améliorer les échanges d’information, la compétitivité, les coûts bas offerts par les pipelines de données et le cloud-computing au travers de projet pilote.

Le 2ieme jour l’alliance Asie Europe pour le commerce sans papier a organisé une conférence dont l’objectif est de faire évoluer l’ASEAL vers une alliance mondiale en intégrant notamment tous les pays africains avec l’AACE.

Cela a été l’occasion de présenter le projet CORDEM afin d’apporter une vision du corridor dématérialisé entre la chine et la France et susciter l’intérêt des participants notamment africains.

Présentation de CORDEM au Grand Port Maritime de Bordeaux – BORDEAUX – 12/04/2012

L’étude sur la dématérialisation de la chaîne logistique et du calcul du CO² sur une liaison avec la Chine a été présenté au Grand Port Maritime de Bordeaux et l’Union Maritime et Portuaire. L’objectif est de réaliser un pilote d’expérimentation  d’une expédition des lots de vin à destination de la Chine, ces flux se faisant via Le Havre aujourd’hui.

Une première réunion de lancement a té réalisé au Grand Port Maritime de Bordeaux de le 11 avril 2012 avec une présentation des premiers résultats de la mission CORDEM, dont l’objet est la dématérialisation des documents et des procédures sur une chaîne logistique entre la France et la Chine a été présenté. La solution e-Connect (ITIS Hong-Kong) a été retenue par le gestionnaire du système d’information du port de Shenzhen : SZEDI, et le principal commissionnaire chinois : SINOTRANS. Tous les participants ont  reçus des informations sur cette plate forme. La deuxième approche concerne la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre sur toute la chaîne du transport, voire la chaîne d’approvisionnement.

Les professionnels réunis sont tous convaincus de la nécessité d’améliorer le bilan carbone de la filière des vins de Bordeaux par un recours à la multi-modalité, au détriment du «tout routier» entre le Havre et Bordeaux, comme cela se pratique actuellement dans plus de 70% des cas, et d’étudier comment une dématérialisation complète des documents pourrait contribuer à atteindre cet objectif.

Rencontre des Grands Ports Maritime de France à SEAGITAL au Havre – 31/05 et 01/06/2012

Participation à deux ateliers dans le cadre de la conférence Seagital les 31 Mai et 1ier Juin :

–     Comment aider les ports à faire du « guichet unique européen » un outil
de compétitivité ?

L’objectif de la directive du 20 octobre 2010 vise à simplifier et harmoniser à l’échelle européenne les formalités administratives appliquées au transport maritime.

Ainsi convergeront vers un futur « guichet unique » national toutes les déclarations réglementaires qui seront alors mises à disposition des autorités compétentes des pays membre et de l’UE au plus tard le 1er juin 2015

–     Comment maintenir la compétitivité des activités logistiques dans un contexte environnemental de plus en plus contraignant ?

Les solutions numériques peuvent contribuer à améliorer la sécurité et la sûreté, optimiser l’utilisation des infrastructures, favoriser les transferts modaux (de la route vers le fer, le fleuve ou le cabotage maritime) et limiter les consommations d’énergie, particulièrement dans le contexte de hausse des prix des carburants, d’objectifs de réduction des émissions de CO2 et d’entrée en vigueur de la vignette européenne ou éco-taxe poids lourds.

Des solutions et savoir-faire existent qui doivent être valorisés et mises à disposition de tous les acteurs – y compris les plus petits – pour permettre un déploiement à grande échelle indissociable d’une évolution des méthodes de travail de chacun. La mise en réseau qui résultera des nouvelles technologies permet d’imaginer de nouveaux services et d’améliorer la rentabilité de tous les maillons de la supply chain.